J.R rembourse-moi !

J.R rembourse-moi !

JR rembourse-moi !

Aujourd’hui j’écris un article un peu spécial car aujourd’hui je pousse un coup de gueule. J’ai eu l’occasion de faire «l’expo» Amor Fati de J.R à Marseille et j’ai été plus que déçue. Je mets «expo» entre guillemets car certains préfèrent décrire Amor Fati comme un «dispositif artistique participatif», On ne va pas les froisser.
Pourquoi ce coup gueule ? Laisse moi te raconter.

Le contexte

J’ai passé quelques jours du côté de Marseille car mes parents y ont déménagé. Oui encore un déménagement ! (Ceux qui ont lu mon premier article comprendront 😉 ).
On organise alors avec ma mère mon petit break marseillais:

Ma mère: «Il y a l’expo de JR au J1 de Marseille, c’est un ancien entrepôt réhabilité. On peut se faire ça, ça va être sympa !»
Moi: «Ouais carrément ! J’adore ce que JR fait, je suis plus que partante !»

Mais c’est qui J.R ?

J.R est un jeune artiste Français de 35 ans. Il a commencé en graffant les murs de Paris. Il s’est fait connaître grâce à ses photos-collage grandeur nature qu’il expose sur des murs aux quatres coins du monde. Ces photos sont les portraits de ceux dont on ne parle pas ou ceux dont on parle à tort et à travers, de ceux dont oublient ou que l’on évitent. Ces visages sont bruts et remplis d’émotions. Derrière chaque projets se dressent un combat pour l’art car pour J.R l’art est une passerelle menant l’invisible au visible, il est un moyen pour rassembler les communautés, faire parler mais surtout poser des questions. Ses photos nous parlent d’art, d’histoire, d’immigrations, de liberté ou encore d’identité. J.R se définit comme un «artiviste» urbain et devient un pilier du monde du street art.

Personnellement cette vidéo et ce discours m’a donné la larme à l’oeil plus d’une fois. J’aime cette foi qu’il met dans ces projets et cette envergure humanitaire. Comme vous l’avez compris, JR a gagné un TED prize qui lui a permis de créer ce beau projet appelé Inside out. Un projet participatif qui amena plus de 320,000 personnes dans plus de 139 pays à participer. Il reçu des photos par courrier ou via des cabines photographiques géantes qu’il avait installées dans des musées ou les rues du monde entier.

Projet Inside out en Palestine

Projet Inside out au Panthéon, Paris

Projet Inside out à Times Square, New York

Comment dénigrer de tels projets quand cela rime avec liberté, paix et rassemblement ? Je ne le dénigre pas mais parfois on peut faire des mauvais choix et ce mauvais choix est Amor Ati.

AMOR ATI, l’explication

Le fameux jour arrive. J’avais hâte de voir et d’apprécier le travail de J.R de mes propres yeux. On marche le long du vieux port de Marseille et de loin je vois deux grands yeux noirs qui nous observent et nous regardent arriver patiemment. Pas de doute, on est au bon endroit. «Amor Fati» signifie « l’amour du destin » ou « l’amour de la destinée » ou plus communément le fait « d’accepter son destin ». Hum j’ai hâte de voir comment il l’a illustré.

Le lieu est magnifique, le J1 est un ancien hangar emblématique du vieux port de Marseille, il a été totalement réhabilité et quel beau travail. Les architectes ont su rénové tout en gardant l’ADN et l’esprit de ce hangar immense , je suis fan !

Chouette, il n’y a pas beaucoup de monde. En arrivant j’ai pu voir une affiche disant «À partir d’ici, vous avez 50 min d’attente», ça fait un peu beaucoup quand même.
On arrive à la billetterie, la personne nous annonce que le prix de l’entrée est de 7 euros. Ah oui quand même 7 euros pour un artiste qui a habitude faire du Street Art, ce n’est pas donné. En sachant que l’on était 3 en plus, c’est un petit budget. Mais après tout c’est J.R, on a hâte de voir ce qu’ils nous a concocté.

La personne de la billetterie rajoute: «Ne vous attendez pas à voir les œuvres de J.R, ce n’est pas une exposition classique. Il s’agit de faire participer les visiteurs et de les faire réagir. Marseille à été une porte d’entrée pour de nombreux migrants venant de pays différents, c’est cela qu’il veut faire ressentir: Le regard sur l’autre»

Hum bon… Okay… Après tout c’est J.R, ça va être cool quand même !

La première étape: Faire son petit navire

Deux nouvelles personnes nous accueillent: «Bonjour et bienvenu ! Pour commencer cette expérience, vous devez aller au photomaton qui prendra en photo vos yeux. Cette photo sera imprimée sur papier A3. Avec cette feuille, vous passerez à l’atelier pliage pour fabriquer votre propre navire»

 

Ok je trouve ça plutôt marrant. On se prend en photo et bien sûr faut que je ferme à moitié les yeux !  L’atelier pliage commence. J’ai beau être manuelle tout ce qui est bateau ou avion en papier, je n’ai jamais su faire ! Heureusement une dame m’aide gentillement à fabriquer mon bateau.


La deuxième étape: La découverte

C’est bon ! J’ai mon bateeaau ! Alors c’est quoi la suite !
De là nous rentrons dans une nouvelle salle. La structure est énorme, la salle doit faire environ 2000 mètres carré. La perspective est assez dingue.
Il y a un bassin qui prend toute la salle surplombé de passerelles métalliques qui nous permet de nous déplacer où l’on veut.

Ma première réaction était la surexcitation, je trouvais cette structure folle. Avec l’éclairage, il y avait de jolies éclats de lumière sur le bassin et sur les bateaux.
Mais plus j’avançais plus mon sourire s’effaçait. Je cherchais la suite de ce parcours. Y aurait-il une salle secrète quelque part ?
On avançait, on avançait et là j’ai compris. Non, il n’y a pas de salle secrète. L’expérience est juste d’être prise en photo, faire son bateau en papier et de le mettre dans le bassin. Ah ouais d’accord. À la fin du parcours, il y a une jolie vue sur le port de Marseille. Mais je peux avoir la même sans payer 7 euros.

La troisième étape…

…Bah je mets mon bateau à l’eau, vu qu’il n’y a que ça à faire.

La déception totale

Oui ok je comprends le pourquoi de cette expo. Je comprends l’aspect philosophique. Je comprends en étant Visual Merchandiser que la préparation d’une telle structure est une énorme réflexion en amont et qu’elle doit être aussi coûteuse. Mais je ne comprends pas pourquoi J.R qui est un artiste talentueux et qui fait de son art un média accessible fait payer 7 euros pour cette expo ou excusez-moi ce «dispositif artistique participatif».

Une participation de 1 ou 2 euros, oui bien sûr. Aidons l’art à se développer. Surtout que Marseille est devenu la capitale culturelle Européenne depuis 2013. D’ailleurs ce n’est peut être pas J.R qui a instauré ce prix. Peut-être est-ce la ville de Marseille ? La question se pose mais le nom qui ressort de cette expo est bien J.R donc je pense qu’il a tout de même sa part de responsabilité dans cette décision.

À la fin, on a quand même la possibilité de voir le court métrage «Ellis» qu’il a réalisé avec De Niro. Il relate également des migrants venus du monde entier pour accéder au pays du rêve et de toutes les possibilités: Les Etats-Unis. L’histoire se passe à Ellis Island, la fameuse île où l’on validait ou pas l’entrée des migrants aux Etats-unis. De Niro y raconte une histoire remplie d’émotions, de nostalgie et de tristesse dans un Ellis Island abandonné aux murs décrépis et remplis de souvenirs.
J’ai trouvé ce court-métrage très beau et touchant mais je reste encore sur ma faim. Surtout qu’on peut accéder à cette vidéo sans payer. Donc encore une fois, rien ne justifie ce prix de 7 euros.

Comment conclure ?

Pffff ouais c’est une bonne question. Je n’aime pas faire ce genre d’expérience lorsque j’aime un artiste. Le fait d’être aussi déçue ne me donne plus envie de le soutenir. Il ne faut pas être rancunière certes mais la question que je me pose est: Est-ce vraiment ça J.R ? Est-ce que depuis le début il se donne une bonne image pour plaire et se rendre accessible ? Alors qu’au final il n’y voit que business et intérêt ?
Je sais qu’il est compliqué lorsque l’on est artiste d’avoir des revenus fixes. Mais quand on a son niveau et que l’on prône de telles valeurs, je pense que l’on a plus d’options et cette option aurait été d’instaurer un accès libre.

Bon J.R, on dit toujours que l’on a le droit a une deuxième chance et que l’on a tous le droit à l’erreur. Je te donne cette deuxième chance mais ne me déçoit pas !

I’m watching you…

Pas de commentaires. Be the first one :)
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire